Normes, DTU et textes réglementaires

NT 47.66-1  

Cette présente norme spécifie les caractéristiques et les performances des produits en poudre à base de liants plâtre utilisés dans le domaine du bâtiment. Sont inclus les plâtres de construction pré mélangés utilisés comme enduits sur les murs et plafonds à l’intérieur des constructions, appliqués sous forme de finition aptes à recevoir une décoration. Ces produits sont formulés spécialement pour répondre aux exigences de l’utilisation grâce à l’ajout d’additifs/adjuvants, de granulats et d’autres liants. La norme couvre les plâtres de construction et les enduits à base de plâtre destinés aux applications manuelles et mécaniques. Cette norme s’applique également aux liants à base de gypse destinés à l’usage direct sur chantier et à la transformation ultérieure en carreaux, plaques de plâtre, ouvrages en staff et éléments de plafonds en plâtre. Le plâtre à briqueter est également inclus.

DTU NT 47.89 

Cette norme concerne la préparation et l’application d’enduit à base de plâtre, destiné à l’application intérieure sur tous les types de supports utilisés dans des conditions normales. Il concerne l’application sur des supports neufs ou anciens et l’entretien et la réparation d’ouvrages existant. Il concerne : matériaux, supports, préparation des surfaces à plâtrer, choix du plâtre ou du système approprié, des méthodes d’application et inspection et tests de conformité. Les mélanges de plâtres spéciaux (classification C de la norme NT 47.66-1) présentant des propriétés spéciales d’isolation thermique, de résistance de feu, d’isolation acoustique, d’absorption de rayonnement ne sont pas couverts car leur application est définie dans les procès verbaux d’essais.

POSE FAÏENCES ET CLASSIFICATION DES LOCAUX

La pose de faïences doit être effectuée à l’aide de colles compatibles avec un support composé de sulfate de calcium. D’autre part le plâtre à projeter ne peut être appliqué que dans :

  • Les  locaux secs ou faiblement humides
  • Les locaux moyennement humides
  • Les locaux humides à usage privatif

Ces locaux qui se définissent comme suit :

Types de local Hygrométrie du local Exposition à l’eau Entretien nettoyage Exemples
Locaux secs ou faiblement humides Faible hygrométrie W/n* ≤2.5 g/m3 Les parois ne sont pas exposées à l’eau L’eau intervient seulement pour l’entretien et le nettoyage, mais jamais sous forme d’eau projetée. Nettoyage réalisé selon des méthodes et avec des moyens non agressifs.

Locaux aérés:

- chambres;

- locaux de bureau;

- couloirs de circulation.

Locaux moyennement humides

Hygrométrie moyenne
2.5 ≤ W/n ≤ 5 g/m3

En cours d’exploitation du local, l’eau intervient ponctuellement sous forme de rejaillissement sans ruissellement.

L’eau intervient pour l’entretien et le nettoyage, mais jamais sous forme d’eau projetée sous pression. Nettoyage réalisé selon des méthodes et avec des moyens non agressifs.

Locaux aérés:

Locaux à usage collectif:

- salles de classe;

Locaux à usage privatif:

- local avec un point d’eau(cuisine, WC, …);

- celliers chauffes;

- cuisines privatives.

Locaux humides à usage privatif

Forte hygrométrie
5 ≤ W/n ≤ 7.5 g/m3

En cours d’exploitation du local, l’eau est projetée épisodiquement sur au moins une paroi (ruissellement). L’eau intervient pour l’entretien et le nettoyage, mais jamais sous forme d’eau projetée sous pression. Nettoyage réalisé selon des méthodes et avec des moyens non agressifs.

locaux aérés:

- salles d’eau intégrant un receveur de douche et / ou une baignoire;

- celliers non chauffes, garages;

- cabines de douche ou salles de bains à caractère privatif dans des locaux recevant du public:

douches dans les hôtels, les résidences de personnes âgées et dans les hôpitaux;

- bloc WC et lavabos dans les bureaux

* W/n : w : quantité de vapeur d’eau produite à l’intérieur d’un local par heure, exprimée en gramme par heure (g/h)
   n : le taux horaire de renouvellement d’air exprimé en mètre cube par heure(m3/h)

En règle générale :
- local à faible hygrométrie : les locaux équipés de ventilations mécaniques contrôlées et de systèmes propres à évacuer les pointes de production de vapeur d’eau, dès qu’elles se produisent, (par exemple : hottes, …) sont des locaux a faible hygrométrie.
- local à hygrométrie moyenne : les locaux correctement chauffes et aérés, sans sur-occupation, et les locaux de production dont le processus ne génère pas de vapeur d’eau sont des locaux a hygrométrie moyenne.
- local à forte hygrométrie : les locaux médiocrement aérés et les locaux avec forte concentration humaine